Une marche trop haute

par Dave  -  16 Avril 2015, 15:03  -  #C1, #PSG

Une marche trop haute

La déception d’hier ne doit pas effacer le fait que perdre 3-1 face à Barcelone en jouant sans Ibra, Verratti, T.Motta, Aurier et T.Silva n’est pas si ridicule.

 

Bien entendu, pour les footix qui ne retiennent que le résultat, le résultat est une humiliation, mais que peut-on vraiment attendre de gens, supporters ou journalistes, pour qui le football se résume à la dernière hype ?

 

Si on analyse froidement le match, le PSG s’est fait bouffer au milieu. Mais comment faire quand ta colonne vertébrale est absente ? Au match aller des poules, Barcelone avait aussi eu la possession de balle, mais avait été considérablement gêné par Verratti.

 

En défense, il est clair que Luiz, moqué ce matin sur les réseaux sociaux, n’était pas l’option idéale. Mais là aussi, un joueur qui revient de blessure ne peut pas faire des miracles. Pas pendant 70 minutes. Car si les footix et les amateurs de hype se gaussent du petit pont de Suarez à son encontre, ils oublient le nombre incalculable de balles qu’il a réussi à ressortir. Mais telle est est notre société : Luiz héros à Stamford Bridge est redevenu hier le joueur que les adversaires de Paris aiment moquer. 

 

Le vrai soucis est venu, comme depuis le début de cette saison, des deux postes les plus importants : le gardien et l’attaquant. Et franchement, il n’y a pas eu l’un pour relever l’autre. Sirigu est fautif sur le premier et surtout le 2e but. Il serait sorti correctement sur l’un d’entre eux, on finissait à 2-1.

 

Quand à Cavani, il a encore vendangé hier comme pas possible. Là aussi, si une seule de ses occasions aurait été au fond, on finissait à 3-2.

 

Dans un cas comme dans l’autre, avec un peu plus d’applications, on n’aurait qu’un but de retard et seulement 2 à mettre au Camp Nou. Une mission difficile mais moins impossible que remonter 3-1.

 

Paris continue à payer les conséquences du Fuck play financier. Quand le Real ou le Barça peuvent s’offrir des joueurs à 100 millions, malgré leurs dettes (un milliard d’euros cumulés), Paris doit se contenter de 60 millions. Insuffisant pour se renforcer de nos jours. Un top buteur, cela vaut énormément d’argent.

 

Quand à Sirigu, il est mal depuis le début de cette saison, ce n’est plus cette forteresse imprenable qui avait aligné plus de 900 minutes sans prendre de buts en 2012/13. Il faut vraiment le mettre en concurrence en récupérant un bon gardien sous employé en Europe . Ils sont peu ! Cesch ? Chelsea ne le lâchera pas sans une solide contrepartie ? Lloris ? Il ne quittera pas Tottenham. A la limite, Ruffier serait un bon choix.

 

Le match d’hier a clairement montré les limites du PSG quand ses leaders ne sont pas là. Tous les renforts arrivés depuis que Léonardo a dû quitter son poste n’ont pas été les succès espérés. Digne n’a pas progressé, Cabaye est trop souvent blessé pour faire la différence, idem pour Aurier (qui hier aurait pourtant été bien utile). Rabiot n’a pas encore les épaules assez solides pour de telles confrontation. Et comme certains cadres comme Van Der Weil ou Cavani ne répondent plus à leur statut, on assiste à une différence énorme sur le terrain.

 

Bien évidemment, tout n’est pas perdu. Il y a un match retour à jouer. Cette fois, Ibra et Verratti seront là. Peut être même T.Motta. Remonter 3 buts sera très compliqué, quasi impossible. Mais on disait que marquer à Chelsea l’était aussi.

 

Ce qui est rageant, c’est qu’au delà d’une saison compliquée par les blessures et l’acharnement de l’UEFA (Ibra n’aurait jamais dû être suspendu hier vu que son carton était totalement bidon) mais aussi de la Ligue et de la fédé, Paris n’a même pas un brin de chance. Pour ce quart, le PSG a tiré l’équipe la plus forte avec un trio Messi-Neymar-Suarez qui marche sur l’eau. Dès le tirage, j’ai dit que cela serait bien compliqué. Mais je ne pensais pas à ce point. 

 

Les footix se réjouissent donc. 63% de Français soutenaient Barcelone, d’après un sondage. Il reste donc 37% de gens qui pensent plus loin que leur détestation de Paris, une détestation montée en épingle par des médias et des « penseurs ». 

 

Dans le bar où j’étais hier pour assister au match, chaque but du Barça était accompagné de cris de joie , les plus forts venant d’un petit groupe de supporter de l’OM. Ces abrutis ont déjà oublié que Paris, en gagnant la coupe de la Ligue,a peut être rendu la 5e place qualificative pour l’Europe pour que le PSG soit 2e ou 1e. Et vu qu’il n’est pas sûr que l’OM soit sur le podium…

 

Blanc est de toutes façons face à un casse-tête : soit se concentrer sur le championnat (Nice va arriver très vite et Lyon a battu Bastia hier) soit tenter le tout pour le tout à Barcelone mardi prochain.

 

Personnellement, je serais pour partir la tête haute de la C1 et ne pas galvauder ce match retour. C’est dans la douleur qu’on apprend. L’an dernier, les demies se sont dérobés parce que Paris n’a pas osé joué en Angleterre. Cette année, c’est un effectif limité qui risque de nous punir. Mais le pire serait, à mon sens, de refuser de tenter la chance.

 

Car les conséquences mentales seraient catastrophiques.