Une victoire, des questions.

par Dave  -  20 Janvier 2016, 14:32  -  #coupe de France, #PSG

Une victoire, des questions.

Hier au Parc, Paris a battu Toulouse pour la 2e fois en 4 jours. Et c'est à nouveau Ibrahimovic qui a donné la victoire. Le match comptait pour la coupe de France , après celui comptant pour la Ligue 1. Enfin, le PSG retrouvera Toulouse mercredi prochain pour la demie-finale de la coupe de la Ligue.

 

Au delà de cette série étonnante (rencontrer 3 fois le même adversaire en 12 jours alors que le système des matchs aller-retour n'existe plus dans les coupes françaises !!) et de cette victoire 2-1, la rencontre d'hier a généré son lot de question.

 

Résumons rapidement le match. Le TFC  a ouvert le score contre le cours du jeu à la 11e minute. Il est vrai que Sirigu et sa défense était loin d'être irréprochables. A partir de là, Toulouse s'est contenté de défendre à 10+1, ne se risquant que rarement dans la surface parisienne, si on excepte une tentative lointaine et cadrée détournée par le portier italien puis un lob en 2e mi-temps qui aurait pu faire mal.

 

L'égalisation logique de David Luiz sur un corner parfaitement tiré par Lavezzi (sans doute sa meilleure action depuis longtemps) a récompensé l'équipe qui était venue pour jouer, pas celle qui se contentait de défendre. L'entrée de Zlatan a encore accentué la pression sur le TFC. 20 secondes après son arrivée sur le terrain, il marque, mais hélas, le but est entaché d'un hors jeu d'un autre joueur parisien (ne me demandez pas lequel vu que France Télévision avait décidé de ne pas passer le match). A charge de revanche, le Z se chargera de transformer un pénalty obtenu par Kurzawa, un pénalty indiscutable, n'en déplaise aux rageux, car même si l'ancien Monégasque accentue un peu son geste, le contact est bel et bien là, dans la surface, sous les yeux de l'arbitre.

 

Paris se qualifie donc pour les 1/8e de la coupe de France.

 

Cependant on peut se poser les questions suivantes :

 

1 - Pourquoi , quand l'équipe B est alignée, on a l'impression de voir un "mauvais" Paris St Germain ? Hier, malgré une possession de balle à l'avantage du PSG, le mouvement sur le terrain était timoré. Qui plus est, Di Maria était loin de son niveau habituel. Si Stambouli a montré une nette progression, il a encore fallu l'arrivée d'un top joueur (Ibra) pour faire basculer la rencontre.

 

2 - Blanc fait-il trop tourner ? Quand on voit le calendrier délirant à venir (9 matchs en un mois dont des déplacements à St Etienne, à Marseille et l'aller de la C1), il est clair qu'il n'a pas le choix. Il doit donner leur chance à aux "B", mais c'est à eux d'hausser leur niveau. Peut-être faudrait-il aussi travailler avec un autre système de jeu avec cette équipe. En fait, Blanc devrait plutôt voir 2 équipes types, chacune avec leurs remplaçants. Je suis persuadé que Paris serait plus efficace et rentrerait plus vite dans ses matchs.

 

3- Cavani va-t-il enfin retrouver un niveau digne de son rang ? Hier encore, el Matador a déçu. Quand il est en pointe, sa réclamation principale, il ne parvient pas à faire le job. Si son entrée avait été décisive contre St Etienne, depuis le début de l'année, il n'a jamais été décisif. C'est forcément décevant pour un joueur de son calibre. C'est surtout inquiétant, car les Qataris ont toujours dit qu'il représentait la relève de l'après Ibra ! Or, à 34 ans, le Suédois ne prolongera sans doute pas et même si sa saison 2015/16 est éblouissante (avec 17 buts en Ligue 1, il n'est qu'à 2 unités de son score de 2014/15, sans compter les buts dans les coupes et les passes décisives), il ne peut être l'avenir du club pendant 10 ans. Il faudra bien un nouveau top buteur. Or, les seuls autres sont Neymar, Messi, Suarez (qui ne quitteront jamais le Barça) ou Ronaldo (avec Zizou entraîneur, il risque de rester à Madrid). Bref, si Edison , un joueur que j'adore, ne se remue pas, il risque de louper le coach.

 

4 - T.Silva est-il indispensable ? Absent hier, le Brésilien est à la défense ce qu'est Ibra à l'attaque : un monstre de sang froid doublé d'un leader irréfutable. Quand il dirige sa défense, quasiment rien ne passe. Ou si peu. On peut compter ses erreurs sur les doigts d'une main depuis 2012. El Mostro manque cruellement sur ce genre de match. Là aussi, la relève prend un peu trop de temps, d'autant plus que Marquinhos est quelque peu fragile physiquement. Si David Luiz tient bien la barraque, son côté foufou joue parfois des tours.

 

5 - Paris avantagé par l'arbitrage ? Après la controverse sur le but de Rabiot la semaine dernière, on a eu droit à celle sur le pénalty hier. Si contre Lyon, il y a erreur manifeste de l'arbitre de ligne, hier le pénalty est irréfutable, à moins d'être d'une mauvaise foi absolue. Et si on regarde depuis le début de la saison, les erreurs d'arbitrage ont surtout avantagé Marseille (+ 6 points) et aucunement Paris. En coupe, c'est surtout la rage de vaincre des Parisiens qui leur permet de passer des tours, pas les hommes en noir !!