Vae Victis

par Dave  -  13 Juillet 2016, 08:57  -  #Euro 2016, #coup de gueule, #bleus

Vae Victis

Dans notre monde moderne, vous n'êtes jamais aussi bon que votre toute dernière performance. Ainsi, un cinéaste qui accumule les succès voit, très souvent, tout être remis en question si son dernier film fait un bide au Box Office.

 

Dans le football, c'est pareil. Seule la dernière marche compte. Seule la victoire finale, même si elle est laide, est importante. Que la France ait réussi à aller en finale de son Euro malgré une cascade de blessures, l'absence de véritables leaders sur le terrain comme le furent Platini, Deschamps ou Zidane et des matchs bien plus compliqués que le parcours "facile" qu'on nous vend n'impressionne finalement pas grand monde.

 

Depuis dimanche, les "spécialistes", souvent auto-proclamés, du ballon rond nous expliquent que la France a raté sa finale, qu'elle ne jouait pas pour gagner, qu'elle était trop attentiste, que Griezmann n'a pas été à la hauteur, que Pogba a déçu, que Benzema aurait fait mieux, que Giroud est une chèvre... Les Ménès et autres Riolo, qui pour la plupart nous expliquaient fin mai, que la France ne passerait sans doute pas les quart, veulent maintenant nous expliquer pourquoi elle a perdu. Et que cadrer 7 tirs en 90 minutes (contre 1 pour le Portugal), c'est le signe d'une équipe qui ne voulait pas "gagner" !

 

Sur les réseaux sociaux, la plupart des commentaires vont dans ce sens. Des "supporters" qui se sont peints en bleu-blanc-rouge jeudi soir après le match contre l'Allemagne se déchaînent, insultant à qui mieux-mieux les joueurs et Didier Deschamps. Une grande partie de ses girouettes s'est découvert un petit cousin portugais et explique comment ils ont, dés le début de la 110e minute, soutenu leur équipe de "coeur".

 

Vae victis ! Malheur aux vaincus. En 2002, une blague circulait sur les Bleus "un gamin dont les parents divorcent expliquent qu'il ne veut aller vivre ni chez papa ni maman, mais chez les Bleus. Pourquoi ? Parce que les Bleus ne battent jamais personne". On rappellera quand même qu'avant le fiasco de La corée du Sud (jouée sans Zidane), l'équipe de France avait remporté la coupe du Monde et l'Euro.

 

Je fais partie d'une génération qui a connu les très hauts (84,98,2000) et les très bas (1992, 1993, 2008, 2010), les énormes déceptions injustes (82, 86, 2006 et désormais 2016), les périodes de disettes (de 1986 à 1996) ou d'apprentissage (1978-82) des Bleus. Et à la différence de quelques uns, j'ai toujours soutenu mon équipe nationale, même quand on lui crachait dessus.

 

La finale de dimanche s'est joué à 10 cm près. Si Gignac tire 10 cm à droite, si Griezmann saute 10 cm de moins, le match est plié sur les deux plus belles occasions bleues et la France est championne d'Europe. Mais parfois, la chance ne sourit pas à l'être aimé. Parfois, elle choisit le camp adverse. On appelle cela l'incertitude du sport. Il faut l'accepter, même si elle est parfois dure à avaler, si elle fait mal.

 

Les Ménès et autres Riolo oublient l'attitude honteuse d'Eder qui fait main et accuse, avec le reste de l'attaque portugaise , Kolscienny. Ils font mine de ne pas avoir vue la simulation de Moutinho sur le jaune de Matuidi. Certains ignorent la prestation majeure de Patricio et Pepe qui ont redonné ses lettres de noblesse aux termes "Défense de fer". Le joueur du Real Madrid a beau être détesté dans le monde entier, il connaît son boulot et le fait de manière magistrale.

 

Griezmann aurait raté sa finale nous dit-on. Il n'a pas réussi à concrétiser ses occasions, devrait-on dire. Mais faut-il rappeller que sans lui, on ne passe pas les 1/8eme ? Cela, le partisan du dernier match s'en moque vu qu'il l'a déjà oblitéré de sa mémoire, car comme je l'ai dit, seule la dernière marche compte. En attendant, cela fait combien de tournois majeures qu'un Français n'a pas été élu meilleur  joueur ?

 

Au lieu de cracher sur les Bleus, presses, supporters 2.0, consultants feraient mieux de regarder l'avenir. Et aussi un peu le passé. L'Allemagne a du faire 3 finales de coupes de monde de suite (82-86-80) pour avoir sa 3e étoile. De 2006 à 2014, elle aura atteint à chaque fois le dernier carré pour n'obtenir qu'un seul titre.

 

La France est passée du bus de Krysna aux quarts de finale de 2012 et 2014 puis la finale de 2016. 2018 pourrait être la consécration, d'autant qu'à la différence de 86 et 2006, elle ne perd pas son meilleur élément. Griezmann et Pogba seront encore là dans deux ans, plus forts, plus matures. 

 

Je le redis, le Vae Victis me gonfle. C'est la marque d'un esprit étroit mais aussi gâté. C'est en refusant de rendre hommage au parcours des Bleus qu'on va forcément les envoyer au mur. Les larmes de Matuidi sont aussi touchantes que celles de CR7 quittant le terrain sur une civière.

 

Mais en France, on a tellement de titres en football international , en équipe ou en club (5 quand même , tellement mieux que l'Italie, l'Espagne, l'Angleterre ou l'Allemagne...) que l'on peut se permette de jeter tout un parcours qui aura fait vibrer tout un peuple.