Monaco ? Match raté mais à méditer

par Dave  -  29 Août 2016, 07:29  -  #Ligue 1, #PSG, #Monaco

Monaco ? Match raté mais à méditer

Le 30 juin dernier, j'écrivais sur ce blog un article , intitulé La hype Emery. J'y expliquais qu'on n'avait pas forcément été très classe avec Blanc (enfin, quand je dis on, je parle de la direction du PSG, de certains consultants et supporters) et qu'on était sans doute un peu trop enthousiaste sur le nouveau technicien. Un autre de mes articles, L'affront fait à Blanc avait été pas mal commenté, de manière un peu agressive. Mais dans les 2 cas, j'essayais de dire qu'il fallait attendre un peu avant de s'enflammer pour Umai Emery et que si gagner 3 fois de suite l'Europa League, ce n'est pas rien, l'ex-entraîneur de Séville avait plus de mal en championnat et en C1 et que,  personnellement, je ne le jugerai qu'en décembre, après les poules de C1 et la moitié du championnat.

 

Le match d'hier a été totalement raté par les joueurs (pénalty de Luiz évitable, CSC d'Aurier et absence totale de marquage sur l'ouverture de Mouthino) et seul Cavani, finalement, a donné un semblant d'espoir en réduisant le score à la 63e. A ce moment là, on pouvait croire au nul car Paris poussait, poussait. Mais il a fallu que Serge Aurier se loupe et trompe Trapp. Ce n'était pas leur soir.

 

Mais force est de reconnaitre qu'il y a des choix d'Emery sur lesquels il faut s'interroger. Quand on est mené 2-0, pourquoi ne pas faire rentrer un apport offensif ? Ben Harfa a foulé le terrain après que Monaco ait marqué le 3-1. C'est trop tard. Emery le dit lui même "J'ai perdu le défi de la 2e mi-temps". Parce que mené 2-0, il faut prendre plus de risques et l'arrivée de Matuidi et Meunier, à la place de Luiz et Verratti n'est pas forcément une option "agressive".

 

On a tiré à boulet rouge sur Blanc, mais sa première défaite en 2015/16 est arrivé le soir de la 28e journée, dans un match qui comptait pour du beurre. Et sur ses autres saisons, les défaites arrivaient également bien plus tard. Mais, d'après les détracteurs du Cévénol, c'était grâce à Zlatan. Les 11 titres nationaux en 3 ans, dont 2 quadruplés de suite, ce n'était pas si facile et je ne sais pas si on le reverra de sitôt. En tout cas, pas en faisant des matchs comme hier.

 

Je le redis, je ne jugerai Emery que dans 4 mois, à la toute fin de l'année, sauf grosse contre-performance de sa part. Il est tout aussi ridicule de lui cracher dessus comme le font certains consultants (et supporters girouettes) que de l'avoir encensé avant même le début des compétitions parce qu'il était sur le terrain d'entraînement avec ses joueurs, parce qu'il parle tactique en conférence de presse, parce qu'il veut apprendre le français...

 

La dernière fois que Paris a perdu 3-1, c'était contre Barcelone en quart aller de la C1 de 2015.

 

La dernière défaite de Paris en championnat, c'était contre Monaco justement. Emery aurait du être plus méfiant. Jardim n'est pas un rigolo. Il a réussi à amener une fois de plus son équipe en C1 alors qu'il a un effectif moins puissant que celui de Paris. Mais il  a réussi à exploiter les failles du PSG. Car, si l'on fait un bilan à froid de ce début de championnat, sur 3 matchs, Paris n'a vraiment réussi qu'une mi-temps, la 2e contre Metz. Pour le reste, on a eu droit au mieux à un festival d'occasions manquées, au pire à cette première mi-temps contre Monaco où manque d'agressivité, perte de balle, marquage aléatoire ont amené la défaite.

 

Emery est suffisamment intelligent pour se remettre en question et avec cette première trève, il dispose de 15 jours avant le match contre St Etienne. Par contre, il ne pourra rien faire si le club ne sort pas de sa poche un attaquant pour épauler Cavani. Problème, le mercato prend fin dans 3 jours. 

 

On le dira souvent, mais depuis 2012, Zlatan nous sauvait les miches régulièrement. Sur ces 3 premiers matchs, il est clair qu'il manque cruellement. Tous les grands clubs d'Europe ont au minimum 2 attaquants de classe internationale. Paris a fait le choix de n'en avoir qu'un seul. Espérons qu'on ne le paye pas !