Back in 2014/15

par Dave  -  10 Septembre 2016, 09:04  -  #Ligue 1, #PSG

(L'image n'a rien à voir avec l'article...Elle est juste là pour faire le buzz)

(L'image n'a rien à voir avec l'article...Elle est juste là pour faire le buzz)

Saison 2014/2015, rappelez vous... Des matchs où Paris ouvre le score pour se faire rattraper sur le fil dans la dernière ligne droite (Monaco, Ajax, Caen...) , des points qui filent (une quinzaine de perdus si ma mémoire est bonne), Marseille champion d'automne (Ok, maintenant, on en rigole) et heureusement, une fin de saison en boulet de canon avec 10 victoires d'affilée et le 3e titre (accessoirement, le premier quadruplé).

 

Hier, en suivant Paris-St Etienne, j'ai eu l'impression de rajeunir de 2 ans. Déjà, les Verts cela a du leur faire tout drôle de ne pas se prendre une tôle et Ruffier a du se réjouir que son bourreau se soit tourné vers l'Angleterre.

 

Car voir un match avec si peu d'occasions, agrémenté qui plus est du fameux arbitrage Made in L1 (carton bidon pour Verratti, pénalty oublié en 1ere et compensé en 2e sur une faute moins évidente...) et surtout voir l'adversaire planter à la dernière minute , ça rappelle de mauvais souvenirs. Et les questions que je posais hier avant le match sont toujours légitimes !

 

Le mercato a été raté, on en a eu une nouvelle confirmation hier ! Jessé transparent, HBA pas encore au diapason, Lucas toujours aussi irrégulier, même s'il prend ses responsabilités sur le pénalty et Cavani qui rentre à 10 minutes de la fin... On n'a pas d'attaque. Et du coup, on peut sans doute se dire que el Matador avait fait bien plus de mal à Metz en vendangeant à mort que le trio en attaque hier qui a très peu tenté et cadré.

 

La bonne nouvelle, c'est que Verratti remontre son vrai niveau, c'est à dire énorme. Ajoutons que Matuidi semble avoir digéré son vrai-faux départ et a également fait un bon match, lançant bien les avants en profondeur. La mauvaise, c'est cette inefficacité en attaque ! Mine de rien, sur 4 matchs de L1, Paris n'a pas marqué une seule fois en première mi-temps. On va se répéter , mais sur des matchs comme cela, où l'équipe adverse jouait à 10 derrière, le Z nous sauvait 8 ou 9 fois sur 10.

 

7 points en 4 matchs, on a connu pire au PSG. En 2012, pour la première saison de Carlo, c'est 6 points , en 2013 Blanc pointe à 8, idem en 2014. A la limite, l'an dernier, c'était l'année dernière avec 12 points sur 4 matchs.

 

Donc, si l'on prend les stats, on n'a pas forcément à s'inquiéter. Le soucis, c'est la forme ! 4 matchs, 8 mi-temps, une seule correcte, la 2e contre Metz. Pour le reste...

 

Bien sûr, les blessés (Pastore, Silva, Maxwell, Aurier, Kurzawa depuis hier) ça complique tout. Mais hier encore le coaching a été, disons, surprenant, avec des changements de postes à l'avant lors de la sortie de Kurzawa qui ont déstabilisé l'équipe. Et franchement, où est passé le Paris de cet été ou du trophée des champions ? On a enlevé que David Luiz, non ? Là, on a l'impression de voir jouer une équipe moyenne, mais pas le Paris St Germain. 

 

Je sais qu'il faut laisser  du temps à Emery (enfin, ça c'est ce que les consultants anti-Blanc disent depuis 2 semaines alors qu'avant, ils nous expliquaient que le technicien espagnol maîtrisait déjà son véhicule de luxe et qu'on allait voir ce qu'on allait voir. Hier, on a vu un match comme aux pires moments de l'ère Blanc ou quand Ancelotti voulait mettre en place son sapin de Noël.

 

Bon, on n'est pas encore revenu aux années Colony, à la lutte pour le maintien, aux matchs couperets contre Sochaux, aux achats de duo de Brésiliens aux pieds carrés. Mais la venue d'Arsenal mardi a intérêt à être très bien négociée. Parce qu'en cas de nouvel échec, l'impatience va commencer à monter. C'est injuste car c'est à la fin du bal qu'on paye les musiciens, mais c'est cela le monde 2.0.