Faillite parisienne à Toulouse !

par Dave  -  24 Septembre 2016, 08:19  -  #Ligue 1, #PSG

Faillite parisienne à Toulouse !

Un match à oublier nous dit-on ce matin ?

 

Non, un match où il va falloir quand même dire les choses ! 

 

Parce que comment peut-on donner deux balles de match à l'adversaire ? Comment peut-on encore concéder un pénalty aussi stupide comme contre Monaco (2 fois cette année) ? Comment peut-on louper sa passe au point qu'elle en devienne une occasion de but, comme contre Monaco également ?

 

Hier, pour la 2e fois de la saison, Paris a perdu en L1. Autant qu'en 2015/16 (Lyon et Monaco alors que le titre était acquis). Autant que lors des 49 derniers matchs de L1 qui ont précédé ce championnat. Alors je veux bien m'entendre dire "Il y avait Ibra" ou "Blanc est une chèvre" ou "Au moins, avec Emery, ça cause football en conférence de presse", mais les chiffres sont là et ils sont impitoyables ! Sur 21 points possibles, Paris en a 13. L'an dernier, Paris en avait 4 de plus. Même si la saison dernière était exceptionnelle, on sait bien qu'un mauvais départ entraîne de grosses difficultés. Courir après la première place, surtout au printemps, cela use les joueurs pour la Ligue des champions.

 

Regardons les choses en face. Hier, Toulouse n'était pas une grande équipe (0 tirs cadré en première mi-temps, moins de 40% de possession de balle. Mais Paris n'a pas franchement joué une belle partition. Il y a les 2 superbes occasions de Cavani, mais Lafont, le portier toulousain était clairement en feu. Ceux qui incriminent l'Urugayen sont quelque peu faux-jetons, mais c'est le jeu.

 

La deuxième mi-temps commence par ce pénalty d'une débilité confondante. Aurier sait qu'il est averti mais il fait faute quand même, laissant l'équipe à 10. Aurier qui nous plante contre City à l'aller. Aurier qui offre le 3e but à Monaco. Aurier qui (oui, j'ai un peu de mémoire) offre l'égalisation à...Toulouse en 2014 !!

 

Toulouse n'a pas laissé passer l'occasion. "Oublie que t'as aucune chance, fonce, sur un malentendu, ça peut marcher". La phrase de Jean Claude Duss dans les Bronzés font du ski, on peut l'appliquer au match d'hier sans aucun soucis. Deux erreurs énormes payées cash !

 

Alors quand Emery, pour faire oublier son coaching défaillant hier, ose parler d'arbitrage, on a l'impression de voir un Aulas ibérique. Au passage, Blanc n'a jamais critiqué les arbitres. Pourtant, des injustices, on en a connues !!

 

Ce n'est pas l'arbitre qui a offert la victoire à Toulouse, c'est Paris. Aurier et Motta ont été en dessus de tout. Et quand tu fais des remplacements que tu ferais si tu voulais tenir le nul (on rappelle que le PSG perd 1-0 quand Emery fait son coaching), la sanction tombe souvent. Trop souvent.

 

Paris avait le match le plus "difficile" de ce trio de tête. Nice va à Nancy, Monaco reçoit Angers. Les concurrents potentiels ? Lyon reçoit Lorient, lanterne rouge, Bordeaux Caen, St Etienne Lille. Autant dire que cela sera un miracle si le PSG est encore 3e demain soir.

 

Je l'ai dit, je le répète : on jugera Emery à la fin des phases de poules et de la première partie du championnat. Mais pour le moment, on peut quand même s'autoriser des critiques, non ?

 

Ceux qui défendent le technicien espagnol bec et ongle doivent se poser de vrais questions : a-t-on progressé depuis le début de ce championnat ? est-on capable de renverser un résultat défavorable ? peut-on garder l'avantage quand on a une toute petite marge ? Quel intérêt de recruter des mecs pour ne pas les faire jouer ? La "concurrence" est-elle si bénéfique ?

 

Se les poser ne veut pas dire tout jeter. Mais au moins, cela permet d'analyser. Et non d'oublier.

 

Mercredi prochain, retour de la C1, contre Ludogorets en Bulgarie. L'équipe va bétonner sans doute. Mais bon, sur un malentendu...