18 journées, 4 défaites, 3 nuls ! Y a pas un hic ?

par Dave  -  17 Décembre 2016, 21:41  -  #PSG, #Ligue 1, #coup de gueule

18 journées, 4 défaites, 3 nuls ! Y a pas un hic ?

Il y a deux semaines, j'écrivais que la défaite contre Montpellier devrait être bien analysée. J'avais dit la même chose après Toulouse. Et aussi après Monaco.

 

Et j'avais déploré les nuls contre St Etienne (égalisation verte dans les dernières minutes), Marseille (Certes, 0 tir cadré de la part de l'OM, mais un déchet considérable devant le but de la part de Paris). Seul le nul contre Nice avait un peu de saveur puisque le PSG avait remonté 2 buts.

 

Il n'empêche, sur 54 points possibles (18X3), Paris n'en a que 36. Et sur les 18 perdus, 9 l'ont été contre des équipes de 2e partie de tableau pour 3 contre Monaco. Quand aux 2 nuls face à St Etienne et Marseille, ils relèvent de la faute professionnelle ! 

 

Le problème tient encore et toujours en un mot : efficacité !

 

Cavani a marqué 23 buts depuis le début de la saison, Lucas 9. En L1, el Matador, c'est  17 pions. En clair, derrière l'Uruguayen, il n'y a personne. Ou si peu ! Le PSG a laissé partir Zlatan en Angleterre (où après quelques débuts difficiles, il a pris ses marques et a sauvé son équipe à plusieurs reprises), mais sans le remplacer. 

 

Cavani ne peut pas tout faire. On parle de ses occasions ratées, mais ses "concurrents" au PSG font pire ! Di Maria n'a toujours pas récupéré le niveau qui est censé être le sien. Augustin ? Oui, il est généreux, mais niveau efficacité, c'est le néant total.

 

HBA ?  Il ne joue quasiment pas et quand il joue, il ne score pas (un seul but cette année lors du trophée des champions).

 

Jesé ? Je l'ai trouvé plutôt convainquant contre Lille, mais lui aussi ne débute jamais.

 

Lucas ? il alterne le bon (Lille encore) et le moins bon.

 

En concrétisant ses temps forts, et non pas en étant dans la réaction (Nice, Ludogorets, Montpellier, Guingamp), Paris se faciliterait le job. Mais quand tu n'as pas de vrai tueur devant ou qu'aucun ballon valable n'arrive sur Cavani, c'est compliqué. Et cela , les autres équipes l'ont compris, jouant le contre à fond.

 

Et soyons honnête ! Ce soir, une fois encore Aerola a montré qu'il n'a pas le niveau. J'ai trouvé profondément injuste le fait qu'il passe devant Trapp qui a payé le match raté contre Monaco. Mais pour mémoire, ce soir là, il prend un pénalty et un CSC d'Aurier. Pour son premier match avec le PSG, Aerola se troue sur l'égalisation d'Arsenal. 

 

Depuis son retour de blessure, c'est 9 buts encaissés sur 10 tirs !! Le seul arrêt sur une frappe cadrée, c'est contre Nice (tir de Balotelli). En 4 matchs, Aerola s'est révélé une redoutable passoire. J'ose le dire : avec Trapp, on finissait premier de notre groupe de C1 et on compterait au moins 9 points de plus en championnat. 

 

Mais Aerola est un titi pur jus ! On nous bassine avec  cela, on nous rabat les boulettes de Trapp contre Bordeaux (c'est vrai que du coup, on ne termine le championnat qu'avec 31 points d'avance au lieu de 33) ou le Real (aucune conséquence sur la qualification en quart), mais au final, sur décembre, le seul match qu'on gagne , c'est en coupe de la Ligue avec Trapp !

 

Alors, la confiance, la concurrence, OK. Mais à un moment, il faut passer aux actes ! Et instaurer une vraie concurrence ! Puisque Aerola est moins bien, il faut le mettre sur le banc ! On n'a pas fait de sentiment pour Sirigu, ni pour Trapp ! Cela doit marcher dans les deux sens !

 

Et on en arrive au coach ! J'ai dit lors du remplacement de Blanc ma déception de voir partir un entraîneur qui avait trusté les trophées nationaux (11 sur 12 possibles en 3 ans) et dont les deux erreurs furent d'avoir loupé les matchs retours contre Chelsea en 2014 et City en 2016. On nous parlait de son manque d'innovation, de sa tactique rudimentaire, de son impossibilité à changer de stratégie en cours de match, de son Ibra-dépendance.

 

Tout ceci était vrai. Sauf que tout ceci était balayé par les résultats. Des matchs pas folichons, on en a eu avec Blanc, y compris quand le Z ne jouait pas. On en a aussi eu avec Ancelotti (Rappelez vous le 2-3 contre Renne, le 1-0 à Sochaux...). Là n'est pas le problème. Un coach n'est pas toujours au top.

 

Mais avec Emery, "On" nous a vendu du rêve, du "lui, au moins, en conférence de presse, il parle football", du "il a un plus gros palmarès européen que tout le foot français" et on allait enfin voir un vrai coach à la place d'un imposteur, adjoint du buteur suédois.

 

6 mois plus tard on voit que Paris a laissé échapper la première place d'une poule de C1 largement abordable et va se taper Barcelone en huitième au lieu du Bayern. On voit que si demain Nice et Monaco gagnent (et franchement, je ne les vois pas perdre), ils auront 6 et 7 points d'avance.

 

On voit que l'attaque est en berne, que la défense inquiète, que les mauvais choix style Matuidi ailier gauche ou Aerola titulaire se succèdent.  On voit que Aurier, dont le dernier match doit remonter à très très loin, prend quand même le pas sur Meunier, bien plus rassurant.

 

Bref, Emery a en partie loupé sa saison.

 

En partie, car, pour le moment, il n'y a pas encore le feu. Fin 2014, c'était pas folichon non plus (2e de groupe de C1, mais derrière Barcelone qu'on avait en plus battu au Parc, une flopée de nul et une défaite à...Guingamp). Et il nous manque tellement de joueurs essentiels : Pastore, Rabiot. 

 

Il n'empêche , il faut impérativement se ressaisir et arrêter de jouer les divas sur le terrain. Ce soir, seuls Verratti et Cavani ont fait le job. Le reste a sombré. Même T.Silva a été trop passif. Quand à Marquinhos, comme vous tous, je ne le reconnais plus.

 

Une crise au PSG ? Cela ne serait pas la première fois, mais cela fait un bail qu'on n'a pas été aussi frustré avec l'équipe. Et même si la malchance s'acharne (je ne compte plus les poteaux, les transversales, les penaltys oubliés, les buts de raccrocs de l'adversaire), à un moment, il faut regarder la réalité en face : à ce rythme, on sort de C1 en mars, on n'est pas en champion et la saison 2016/17 en Europe, c'est l'Europa League. Il faut peut être passer par cette cure d'humilité pour grandir, mais après 4 ans de caviar, c'est dur de devoir se contenter de pizza !

 

Enfin, pour ceux qui nous balancent du "Emery-démission" , je veux bien. Mais vous prenez qui , les gars ? On n'a pas su attirer un top entraîneur en été, on n'en trouvera pas en hiver.

 

On a commencé avec Emery, on doit finir avec lui. Reste à voir comment cette fin va s'écrire.